Un mariage au FujiFilm X-H1

Après quelques mois d’utilisation (environ 2 mois actuellement), j’ai décidé de couvrir un mariage en mettant de côté mon matériel Canon, et en axant totalement sur mon matériel Fujifilm.

Par acquis de conscience professionnelle, j’ai tout de même pris un Canon 5dMark3 avec moi, n’ayant qu’un seul boîtier, et ne prenant aucun risque pour couvrir une journée si importante, comme tout confrère le ferait.

Une magnifique journée, et un lieu doté d’une vue sublime sur le lac de Neuchâtel, des mariés splendides, radieux, et plein d’amour pour une journée de mariage comme on en aimerait régulièrement.

Mot d’ordre : Carte Blanche ! Une confiance réciproque dès le premier email, les premiers messages, les échanges, la rencontre pré-mariage, notre coup de fil de checklist final qui a duré environ 3 minutes tellement nous étions synchrones sur ce que devait être leur journée à leurs yeux, et ma manière de couvrir cette journée.

Mon matériel du jour

Après avoir préparé mon matériel, j’ai mis tout cela en place et ai débuté les préparatifs sur le site de la rouvraie à Bevaix, avec le marié, son fils, la mariée, et ensuite une rencontre, plus la cérémonie, le vin d’honneur, et l’entrée pour le début de la soirée.

Le but du Canon 5D mark 3 était un backup, et avoir un très grand angle car je n’ai pas encore le 10 ou 16mm Fujifilm pour couvrir totalement de la manière dont je le souhaite, en mode proche des gens et intime en photoreportage. J’avais donc l’idée de l’utiliser un peu. La réalité est que j’ai pris 4 photos avec mon Canon sur l’ensemble du reportage, et tout le reste entre le 23mm (équivalent 35mm) et le 56mm (équivalent 85mm) du fujifilm sur l’intégralité des autres clichés de la journée.

Le résultat est flagrant, la qualité, le silence, la performance de l’autofocus sont des éléments clés de ce boîtier Fuji X-H1 et le fait de pouvoir le connecter à mon kit Profoto en fait mon choix de prédilection. Le poids a aidé à permettre de naviguer facilement d’un endroit à un autre, sans cogner le matériel, sans qu’il ne prennes de coups, et à être totalement discret en toute circonstance.

Les invités ne se rendent plus compte de ce que l’on prend en photo, ils n’entendent rien, donc ne sont plus du tout en attente de la photo. Ils peuvent réellement profiter des discussions, des interactions, des moments clés, des rires et des échanges même si je suis proche d’eux, car ils ne s’attendent pas à ce que je prenne la photo.

L’autre élément clé est l’écran tactile inclinable. Je peux maintenant faire mes prises de vue à hauteur de ceinture, en étant encore plus intimiste dans mes photos, sans qu’ils ne pensent que je suis présent, apportant cette touche totalement naturelle à certaines photos du reportage.

Sur l’aspect négatif, sur lequel il faut s’habituer, et principalement se préparer je dirais, la batterie reste encore et toujours le point faible des Mirrorless de toute marque. Mais notez que je parle d’un aspect et non pas d’un réel problème, car tout est question de préparation et de compréhension du système.

Aujourd’hui, j’ai pris la décision de ne pas prendre le battery grip du Fuji X-H1 avec moi, afin d’alléger le matériel. J’avais donc des batteries dans ma poche. Elles sont très légères, et cet aspect n’est réellement pas un souci en soit. J’ai utilisé 4 batteries sur la durée de mon reportage, environ 6h45 de temps et le seul élément de crainte est celui de me retrouver à court de batterie à un moment crucial. Il est donc essentiel de prendre en considération cet élément et de changer avant d’arriver dans le rouge « fixe » pour éviter tout souci, et de bien se préparer à l’avance. Il serait dommage de rater des voeux, un passage d’alliance ou un « premier baiser » de couple marié.

Au niveau du Bokeh, il est un peu moins prononcé que sur un Full-Frame, mais la douceur du rendu est superbe, et le traitement des RAF (RAW Fuji) par Capture One Pro 11 se fait absolument sans encombre, et est totalement fluide, ce qui accélère mon processus global.

Conclusion après cette journée de mariage

Ce changement de matériel est marqué par une petite phase d’apprentissage, mais le ressenti est excellent. tant en reportage qu’en studio, tant en portraits qu’en mode rapide avec le mode continu, cette série X de fujifilm ne cesse de me surprendre positivement. En prenant le parti de changer de marque, je prenais un pari, certes réfléchi car tout se revend, mais c’était une nouvelle approche, une nouvelle manière de travailler, et cela se reflète sur le rendu et ma manière de voir la journée de mariage et mon travail de professionnel.

Je vais sereinement à me séances, mon matériel pèse 50% du poids, j’ai la possibilité d’avoir, si nécessaire, mon matériel Profoto, un kit Profoto B2, ou une tête B1, et mon Profoto A1, la télécommande, et l’intégralité de mon matériel Fujifilm ainsi que de quoi passer 4 jours en voyage/reportage photo dans un sac F-Stop Anja. Le tout sans être trop tape-à-l’oeil en voyage.

Vous pourrez également lire d’autres reviews sur Capture One Pro 11 ainsi que sur des reviews de matériel Fuji, et des Get The Shot dans mon blog et au travers de mon site.

N’hésitez pas à me laisser un commentaire ou un mot ici après cet article, ou un avis si vous le souhaitez.

Mon site publiant directement sur les divers réseaux sociaux, mais n’y accédant plus du tout, je ne pourrais pas lire tout ce qui est écrit sur les autres réseaux.

Au plaisir de partager, d’échanger, de discuter sur le sujet ou sur de nouvelles aventures photographiques à travers ce biais, au travers de workshops, ou en live.

Comment

There is no comment on this post. Be the first one.

Leave a comment

16 + huit =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.