Skip to content
find your why, meraki, definition of the greek word

Trouver sa raison d’être pour trouver son chemin

Convaincu que nous avons tous un but dans la vie et que nous créons nos vies à l’avance, de par nos pensées et nos choix, je suis persuadé que nous devons trouver notre POURQUOI, notre raison d’être afin de trouver notre chemin. Simon Sinek a écrit un très bon livre sur le sujet, et en a parlé lors de workshops et conférences. J’ajouterais que nous devons trouver notre Meraki.

Quel est le meraki?

Meraki est l’un de ces beaux mots du grec moderne, et il est souvent utilisé pour décrire quelque chose qui a de l’âme, de la créativité ou de l’amour – lorsque vous mettez «quelque chose de vous-même» dans ce que vous faites, quoi qu’il puisse être.

Raison d’être & Meraki

Lorsque vous avez trouvé la raison de votre présence et que cela prend du temps, vous devez relier les points de votre vie (comme ces jeux d’enfants avec des dessins à numéros). En reliant les points à reculon, en regardant tout ce que vous avez fait, chaque élément, les points de rencontre, les personnes, les valeurs, ce qui vous démange dans la vie, ce qui vous fait rire, ce qui vous irrite, ce qui vous épanouis. Une fois que vous avez analysé votre vie et les schémas qui la gouvernent, vous verrez très certainement des relations entre chaque élément, ce qui vous amènerait à trouver votre POURQUOI, votre raison d’être. Une fois que vous avez trouvé pourquoi vous faites les choses, vous pouvez chercher ce qui vous apporte un « meraki », car il apporte la plénitude et nous pouvons alors mettre notre âme dans ce que nous faisons. Ce n’est pas un travail, ou une autre mission à effectuer, c’est simplement Nous, dans notre plus simple expression et manière d’être.

Mes points reliés

Il m’a fallu quelques années pour voir les leçons que la vie m’a apportées, mais ce que j’ai remarqué est la chose suivante. Tout d’abord, je tiens à préciser qu’il ne faut pas lire cette liste chronologique comme de la vantardise, car vous passeriez à côté de la question (et les échecs sur le chemin ne doivent vraiment pas être signe de vantardise). Vous pourriez peut-être essayer de le faire par vous-même et découvrir l’étonnant chemin que vous avez déjà vécu et où vous vous dirigez.

  • 2 ans, j’ai été mis à skis par mes parents
  • De 2 à 8 ans, appris divers sports comme le patinage, la natation, le hockey, le vélo, la randonnée avec les parents.
  • 6 ans, premier appareil photo
  • 10 ans, poursuite de la photo en utilisant le Canon A-1 de mes parents
  • 11 ans, a commencé à faire du snowboard, du monoski (avec un bras cassé, pas de plaisir autrement)
  • 12 ans, gagner de l’argent de poche en construisant des ordinateurs et en enseignant à des retraités.
  • 16 ans, camp de snowboard en été, sports, natation, voile avec mon parrain et ma tante
  • 16 à 22 ans, athlétisme, enseigner aux enfants et y participer en tant qu’entraîneur sportif pour 8 à 10 enfants
  • 18 ans, étudié en informatique, graphisme, informatique, et photo pour le plaisir en participant à des shootings sur le World Snowboard Tour
  • 19 ans, 6 mois en Thaïlande, a appris à plonger et est devenu professeur de photo et  divemaster en plongée
  • 29 ans, parti pour Majorque, a ouvert une école de plongée sous-marine et évolution jusqu’au niveau de Master Instructor
  • 36 ans, de retour en Suisse, de retour dans la photographie, cette fois ci au niveau professionnel, en tant qu’iconographe puis photographe à plein temps.
  • De 36 à 43 ans, donnant des workshops de graphisme, de photographie, et des prises de vues mêlant entreprises, mariages, sports et familles.
  • Cet été, à 43 ans, faire mes débuts en surf à Fuerteventura, retour en mer, face à l’océan, en documentant ce séjour
  • A 43 ans, j’ai commencé l’escalade, ce que je voulais faire depuis mon adolescence sans trop oser

Je suis d’accord pour dire que c’est une longue liste, mais il ya un point à souligner. En regardant en arrière, trois choses me lient, le sport, le partage des connaissances et l’esprit d’entreprise. Tout ce que j’ai fait, je l’ai partagé avec d’autres et tout ce que j’ai fait m’a ramené au sport et au plein air. Il est donc très clair pour moi que mon but est d’aider les autres, par le biais de ma photographie et par le partage de connaissances avec d’autres.

Il m’a fallu quelques années pour voir les schémas, trouver mon Pourquoi, ma raison d’être, et peut-être que mon chemin n’est pas encore terminé, mais cela me permet d’être plus concentré, de comprendre ce qui fonctionne pour moi, et peut-être que regarder les points sur votre chemin pourrait vous aider. faire de même.

Comment cela fait-il de moi un meilleur photographe?

Prendre des décisions, faire des choix, avoir une vision de ce que nous voulons faire et de ce qui nous permet de trouver notre meraki et notre raison d’être est vraiment logique pour moi. En prenant ces mesures et en prenant ces décisions, je sais pour qui je travaillerai le mieux, quel type de client ou de type de projet amènera mon défi personnel à un niveau supérieur et me permettrai de faire mon meilleur travail. Cela m’a aidé à refuser des clients. Cela peut sembler contre-intuitif pour certains, mais en refusant des clients ou un certain type de travail, je laisse de la place pour davantage de clients qui sortent mon Meraki. Je vais donc produire un meilleur travail, avec des clients ou des projets spécifiques, et refuser ce qui ne fonctionne pas pour moi.

Est-ce bon pour les clients?

Nous avons tous eu ces jours où nous ne voulions pas aller au travail, faire le job, faire les choses. Pensez-y, combien de fois avez-vous dit oui à quelque chose et vous vous demandez pourquoi vous avez accepté? Bien, parfois, vous faites des choses qui ne sont pas dans votre meraki, et vous le sentez, parce que vous n’y donnez pas votre âme, et c’est… mauvais pour les clients. Le client voulait que vous fassiez un travail et vous ne donnez pas votre engagement à 200% à cette tâche parce que vous ne l’aimez pas. Donc, techniquement, vous réduisez vos compétences, et vous limitez. Ainsi vous créez une mauvaise expérience pour votre client et vous allez vous sentir frustrés par la mission et les résultats attendus.

En étant concentré, vous vous assurez que vos clients ou projets indésirables trouvent un autre photographe, et c’est bien ainsi. C’est bien parce que votre client trouvera le photographe dont il a besoin, ne se contentera pas d’un seul choix, et trouvera celui qui a vraiment hâte de travailler pour lui et qui se passionne pour son produit, livrant ainsi son meraki, en phase avec sa raison d’être et un résultat de haute qualité à leur demande.

Conclusion

Donnez-vous les moyens d’agir et creusez au plus profond de vous-même, de vos relations, de votre vie, de vos voyages, de vos expériences, de vos relations personnelles, de vos amis et trouvez ce qui relie les points. Je suis persuadé que vous en sortirez totalement différents, et magistralement épanouis. Mais une chose est certaine, cela doit être pris de manière ludique et plus vous vous amuserez, plus vous arriverez à trouver votre raison d’être.

Si vous avez envie de me le dire, n’hésitez pas à le faire ci-dessous dans la section commentaires, ou par email ou via mon formulaire de contact. Je serais heureux d’entendre comment cela vous a aidé à faire des pas dans la vie de vos rêves.

 

find your why, meraki, definition of the greek word

This post is also available in: English

Leave a reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

douze − 8 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.