Simplifiez votre photographie

La photographie – complexité générale

Dans l’univers des photographes il existe souvent deux types, les techniques et les artistes. Les uns diront des autres qu’ils ne maîtrisent pas une partie de l’art de la photographie, à raison ou à tord, mais le tout fait un photographe complet à mes yeux.

commercial lifestyle Fashion shoot in marrakesh (morocco)
commercial lifestyle Fashion shoot in marrakesh (morocco)

Les photographes techniques

Les photographes techniques sont souvent des hommes (sans discrimination, simple constat), à ce que j’ai découvert depuis quelques années à naviguer dans le milieu. Ils questionnent sur les setup lumière, les paramètres, les réglages, le type de boîtier, l’objectif utilisé, et toutes les donnés techniques possibles et imaginables.

L’art de « la voiture » avec son moteur V8, ses chevaux, ses options, sa couleur métallisée revient en tête, avec une sacro-sainte idée qu’il faut toujours le plus du plus.

Il est vrai qu’il est important de comprendre ce que l’on fait en tant que professionnel, les réglages, savoir gérer son boîtier, être capable de résoudre des problèmes car ce n’est pas face au client que l’on va pouvoir le faire comme il faut, mais ce n’est pas tout.

Les photographes artistiques

D’un autre côté, les créatifs, les artistes, un doux mélange d’hommes et de femmes, mais très souvent initialement féminin, la testostérone n’agissant pas sur ce rutilant V8 et sièges baquet qu’est ce nouveau boîtier tout juste sorti d’usine.

Les photographes artistiques ne cherchent pas la technique, initialement ils en savent le minimum, ils ont un appareil car cela fait des photos, et rien de plus pompeux et inintéressant que de devoir savoir quels réglages, et les données techniques de l’appareil photo… le but final est essentiel, il faut prendre des photos !

Ces photographes sont souvent dit « de lumière naturelle », et n’aiment pas les flashs, contraignants, problématiques, la lumière peu élégante, et n’ont (pas pour tous bien entendu) la maîtrise de cette lumière artificielle.

Le doux mélange

L’essence même de la photographie à mes yeux est le doux mélange de ces deux types de photographes. Quand bien même il est bon de savoir maîtriser la technique, il est également essentiel de savoir s’en affranchir et de se souvenir que tout est également une vue de notre esprit.

Est-ce que le client final va réellement se préoccuper du type d’appareil photo ? de la marque, du fait que c’est un full-frame ou un APS-C ? Est ce que le type d’objectif ou la marque de flashs, ou le modeleur utilisé est réellement ce qui l’intéresse ? le nombre de pixels ? non, clairement la réponse est non, et tout le reste est une guerre d’ego et de testostérone n’appartenant qu’au monde des photographes.

L’appareil doit revenir à sa place, et être un outil, et comme tout professionnel on doit savoir utiliser le bon outil au bon moment, et savoir quel sera le rendu ou le souhait du client. Si un client a besoin de format Mondial pour de l’horlogerie, il se peut que l’on doive utiliser un moyen format type Phase One, ou Fuji GFX, mais pour de l’événementiel, un full frame ou un APS-C fera parfaitement l’affaire. Tout est question de destination finale.

Simplifiez votre photographie

Afin de vous donner une idée de ce que cela pourrait donner dans la vraie vie, voici un exemple concret. Je pars aujourd’hui pour les canaries pour des vacances et projet photo en tête. J’ai donc pris mon matériel photo avec moi. Comme tout bon photographe technique, j’ai prévu mon boîtier, mes divers objectifs pour pallier à toute éventualité et également mes Profoto B2, mes batteries, et tout ce qu’il faut pour charger. (rajoutant 10kg à mon sac à dos par la même occasion).

Vous voyez ou mène la complexité ? La surcharge, la surenchère, la démesure dans quelque chose de très simple initialement.

Après mûre réflexion, j’ai vidé mon sac entièrement, et j’ai repris à zéro. Stop au Profoto B2, stop aux packs batterie, à tout mon matériel, j’ai décidé de voyager léger, et de shooter du lifestyle soit en lumière naturelle, ou avec mon Profoto A1 et ses modeleurs qui ne prennent pas de place du tout, et j’ai réduit a un 35mm et un 50mm comme objectif pour 18 jours de voyage.

Facilitez vous la vie

Vous aussi j’en suis certain, avez parfois eu cette idée de prendre du matériel à la pelle pour voyager, pour vos shootings, et sincèrement, vous n’en avez pas besoin si vous avez une idée en tête, vous saurez ce qu’il vous faut pour la réaliser. Réfléchissez, recomposez, créez cette image et décomposez la avec le maximum de simplification possible, en utilisant par exemple le soleil comme source de lumière 1, votre flash comme source 2, un mur ou une planche de surf sur place comme source 3, et vous aurez tout ce que vous voulez avec un minimum de matériel tout en ayant un set complexe si c’est ce que vous recherchez.

Vous pourrez ainsi vous affranchir de poids, de complexité, de réflexion, et aurez très certainement un rendu bien plus authentique qu’initialement prévu.

olivier borgognon photographe la chaux-de-fonds. projet personnel - Surf hivernal en bretagne - l'homme contre les éléments
Surfeurs en Bretagne

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à commenter sur mon site directement, je répondrais à vos commentaires et avis avec grand plaisir.

Découvrez également les séries « get the shot » pour apprendre à utiliser votre lumière artificielle.

Comment

There is no comment on this post. Be the first one.

Leave a comment

17 + cinq =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.