Quelle intéressante étape de vie que celle de décider d’aller à contre-courant, en quittant les réseaux sociaux. Voici 6 semaines (fin avril 2018)  je décidais de quitter les réseaux sociaux, de ne plus y aller, et je vous décrivais ma démarche afin de l’expliquer pour ceux que cela pouvait intéresser.

Aujourd’hui, voici 45 jours que j’ai quitté les réseaux sociaux, et je me disais que c’était le bon moment pour faire un petit tour de piste de la situation, donner mon ressenti, ce qui marche, ce qui manque, ce que j’aurais aimé, et ce que cela m’a apporté. 

Tout d’abord, ce que je dois dire, c’est que le fait d’ouvrir une application Facebook, instagram, pinterest ne me manque pas, aller mettre des j’aime, publier du contenu et aller lire les commentaires, devoir répondre du politiquement correct parfois, voir des absurdités ou des informations qui ne semblent sur le moment ne servir à rien ne me manquent pas.

J’ai toujours mon application Instagram sur mon téléphone mais n’y suis pas allé depuis ma décision, et pour les autres, les applications ont été supprimées de mon téléphone totalement. 

Ce qui est intéressant au départ, et encore parfois après 6 semaines, c’est qu’on a envie d’y aller initialement, on veut aller se connecter, voir ce qui s’y passe, on a l’impression d’un vide, qu’on rate quelque chose, mais petit à petit ce manque se transforme, on fait d’autres choses, on va peut-être regarder d’autres sujets, d’autres informations sur le net, sur ce qui nous intéresse vraiment au lieu de scroller sur des tas de choses qui ne nous intéressent pas.

Ce changement a eu lieu, j’ai switché sur d’autres plateformes, je m’inspire plus, je lis plus, je m’intéresse en profondeur à d’autres concepts, à des influenceurs d’inspiration, des gars comme Anthony Robbins, Cal Newport, Austin Kleon pour leurs idées, recherches, travaux, et je m’ouvre à d’autres sources d’intérêts.

Ce qui est choquant par contre après 6 semaines, c’est de se rendre compte du fait que les gens, les proches, les amis, les inconnus, tous sont connectés et englués sur leurs écrans. Pas un repas, pas un moment de temps libre n’est imbibé d’un téléphone, soit pour voir qui est présent, voir qui est en ligne, poster une vidéo, faire un jeu, envoyer un whatsapp, et j’en passe. Les gens ne sont plus du tout dans le moment, à vivre l’instant présent. Aller à un concert et voir des gens être sur whatsapp, messages, faire des videos du concert, des photos d’eux au concert, c’est sympa oui, mais de simplement profiter de ce moment et de se dire qu’il est là, à cet instant, et qu’on est concentrés sur le cadrage, presser sur enregistrer, faire la netteté… au lieu de simplement regarder cet artiste que l’on est venu voir.  Ca, c’est le choc, c’est sincèrement la partie la plus violente car on aimerait pouvoir partager, discuter de tous sujets, sauf « t’as vu ce que j’ai posté ? t’as vu ce que l’autre a posté ? »

Le ressenti ? On a juste envie de partir, de s’éloigner pour trouver du monde avec qui communiquer sincèrement dans le même mode de fonctionnement, de dire « je vais vous laisser ».

C’est vrai, d’une certaine manière, on ne sait pas qu’un ami est au même concert que nous, et qu’on pourrait s’y retrouver, et ça, c’est l’aspect qui manque, car tout le monde est connecté, et en étant sur un autre medium, on est déconnecté de cela, mais envoyer un SMS, passer un coup de fil, c’est tout aussi facile et au pire, se croiser par surprise est sympa également à mon sens. 

Niveau Business, 6 semaines plus tard, car certains se disent que peut-être que ça a un énorme impact. Alors c’est vrai, actuellement j’y vois une légère baisse des demandes, mais celles que j’ai sont plus adaptées à ce que je fais, à mon domaine d’activité, à mes clients. D’autre part je vois une large hausse des visites sur mon site, de par les publications plus régulières, et j’ai la possibilité d’augmenter le rythme ou d’aller faire des prises de vues adaptées plus régulièrement.

Ce que j’aurais espéré initialement, c’était que je puisse avoir un petit mot de mes contacts Facebook ou Instagram avec leurs emails, téléphone afin de pouvoir garder contact, comme l’idée des relations est le fait qu’ils prennent des nouvelles et que je fasse pareil, et là… Je crois que l’humain est tellement englué dans les réseaux sociaux qu’il se dit que de toute façon, c’est ici et pas ailleurs qu’on communique, ou que la relation est tellement superficielle que les informations ne sont pas transmises. 

Mon site continue à publier sur les réseaux sociaux, mais je n’y vais plus, venez donc découvrir mes derniers projets dans ma section blog, ou dans le monde fujifilm ou profoto.

Et si vous souhaitez me laisser un petit mot, me donner votre avis, poser des questions, n’hésitez pas en commentaire ou via mon formulaire de contact, ou par les autres biais hors sociaux, je répondrais avec grand plaisir et échangerais avec vous. 

A dans 6 semaines pour la suite, et pour vous en dire plus sur cette incroyable expérimentation. Et si j’ose vous proposer le challenge… profitez de déposer votre téléphone quand vous êtes avec des gens… ils sont en face de vous et comptent plus que ceux sur les réseaux à ce moment là. Merci pour eux !